Nouvelles d'ici et d'ailleurs

Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Il est futé le petit !

, 00:33

Le petit futé - Les chemins de Compostalle - 2015

Alors que les chemins menant à Compostelle connaissent une fréquentation accrue de pèlerins en tout genre, le Petit Futé continue sur sa voie pour vous proposer sa nouvelle édition de son guide de la Voie de Vézelay.
Une voie qui n’est pas la plus « cheminée », mais qui offre dans sa traversée de la France – de la Bourgogne aux Pyrénées – non seulement des instants de solitude propices à la méditation, mais aussi des paysages somptueux et des sites merveilleux qui retiendront toute l’attention du pèlerin. Une voie sans doute plus « difficile » pour le pèlerin, dans le sens où le chemin n’est pas encore totalement balisé et dans le sens où les hébergements ne longent pas toujours la voie principale. Bien sûr, le pèlerin traversera quelques « grandes » villes – notamment Limoges qui a donné son nom latin à la via Lemovicensis (voie du Limousin) –, mais il cheminera la plupart du temps dans la belle campagne française, au bonheur de s’égarer. En effet, cheminer n’est pas forcément arriver là où l’on avait prévu d’arriver au terme de notre étape. C’est encore moins faire un parcours « chronométré » d’un point à un autre. C’est s’interroger et trouver, parfois, des réponses. C’est se diriger vers Compostelle sur une voie plus spirituelle que physique.
C’est pourquoi ce guide se veut proche du terrain – vous guidant à chaque étape le plus précisément possible et proposant gîte et couvert adaptés aux pèlerins d’aujourd’hui – tout en présentant des pistes de réflexion sur le pèlerinage en lui-même.
Bon chemin et que vos pas vers Compostelle soient aussi l'occasion d'un voyage intérieur (préface de l'ouvrage).

Le petit futé http://www.petitfute.com/

Nos projets...

, 22:10

A la fin de l'année 2014 et au début de celle de 2015 nous avons passé du temps dans le département.
Nous en avons profité pour consulter (et photographier) une masse de documents, tant aux archives départementales qu'à la mairie de Cheny ou dans les écrits de la confrérie de Saint-Eloi.
Ces documents sont en cours de dépouillement et de retranscription et, après relecture, vont vous faire découvrir des pages de l'histoire de Cheny.
Par exemple, on parle beaucoup de la bâtisse en bois sur la place de l'église. Une information est donnée dans un compte-rendu du conseil municipal d'avril 1958 :

Le maire informe le conseil qu'il y aurait lieu de prendre les dispositions nécessaires à seule fin de débarrasser la place de Cheny de la baraque édifiée en 1941 par les Allemands pour y installer leur foyer du soldat, et occupé sans aucune location après le bombardement du 10 août 1944 par le fonds de commerce à usage de café, hôtel, restaurant dont l'immeuble avait été sinistré puis démoli en entier.
Le conseil, considérant que l'immeuble détruit a été reconstruit au titre de la reconstruction et que les travaux sont aujourd'hui entièrement terminés.
Que, par conséquent rien ne s'oppose à ce que le fonds de commerce précité occupe immédiatement les nouveaux locaux qui lui sont destinés.
Que, la baraque qui est en très mauvais état risque de tomber en ruines dans un proche délai et présente en plein milieu de la place de l'église un spectacle absolument inesthétique.
Que, pour ces raisons, c’est répondre au vote unanime de la population en mettant fin à une situation préjudiciable à la commune et qui a suffisamment duré.
Décide la mise en vente immédiate de la baraque par appel d'offre.

Cheny - Place du village

Les Vitraux de la cathédrale de Sens

, 00:39

Une souscription a été lancé pour l'ouvrage Merveilles du XIIIe au XIXe siècle, Les Vitraux de la cathédrale de Sens

Merveilles du XIIIe au XIXe siècle, Les Vitraux de la cathédrale de Sens

Retrouvez les détails de cette souscription sur le site de l'éditeur A Propos http://www.editions-a-propos.com

Divinité de l'Yonne

, 00:08

SEQUANA

C'est la déesse gauloise Ica-Onna qui a donné le nom Icauna puis Yonne. C'est pour cette raison que les habitants de l'Yonne sont des ICAUNAIS.
L'illustration représente da déesse Sequana qui elle, a donné son nom à la Seine.

Mamert, Pancrace et Servais

, 02:38

Les saints de glace
L'église a remplacé dans le calendrier (en 1650, par crainte de réminiscence de paganisme au regard du Vatican) ces trois saints par Estelle, Achille et Rolande.
Nous sommes au deuxième jour de ce triptyque de saints que sont les SAINTS DE GLACE (et non les seins de glace, titre d'un film de Georges Lautner).
Wikipédia nous rappelle : Ces saints sont invoqués par les agriculteurs pour éviter l'effet d'une baisse de la température sur les cultures, qui pouvait être observée à cette période et qui peut amener du gel (phénomène de la lune rousse). Une fois cette période passée, le gel ne serait plus à craindre.

L'église Saint-Martin d'Egriselles-le-Bocage

, 00:45

Eglise d'Egriselles-le-Bocage

L'église Saint-Martin d'Egriselles-le-Bocage est l'une des rares de l'Yonne à ne pas être orientée à l'est comme les autres bâtiments de son époque. A partie du XIX eme siècle disparut l'obligation d'orienter la construction des églises vers la Jérusalem céleste (et non la Jérusalem géographique) ou plus généralement par rapport à l'axe de lever du soleil à la Saint-Jean d'été, au solstice ou à la date de la dédicace du saint patron.
(source Les Héros et les Justes d'Egriselles-le-Bocage - Rémi Couvignou - La Gazette 89 éditions)