Le septième de la lance
(Sur l'air de la Tyrolienne)

Dès 1’ matin quand j’ prends moun houte,
Avant le soleil levé
Tout en tortillant ma croûte
Pour m'en aller débiner,
Les bourgeois sont ben tranquilles
Quand j’cougnons cheu Mâcounais
Et quand j’ons bu nout’ rouquille
Je n’soumes pu si pinaguets.

Y disont tous pa' c’te ville
Que j’soumes tertous des lanciers,
Qui n’ m’échauffint pas la bille
Ces nom d’un gueu d’arceillers,
Y disont qu’ceux du septième
De ces lanciers poulounais
Quand y vidont un huitième,
Y’ n' sont pas si maladrais.

Le septième de la lance,
Quand il veut il est bon là
Pou’ s’ pigner dans la danse,
Y s’en r’tire à la papa
Pou’ Quénette et Marie-Jeaune,
Y s’ f’rint couper en moucîaux
Ceux qui n' v’lont pas qu’on les tânne,
Qui prenint garde à leux piaux.

Le dimanche quand j’ me soûle,
A m’en fai crever l’ betri,
Dans la rue quand j’ me roule
C’est mon lit que j' m’en vas qu’ri,
J’avons l’ feu dans la fersure
J' déjournons le lendemain
Et pis, s'il vient de la trempure,
J’ons toujours le verre en main.

J’aimons ben la rau-couverte
D’où qu’ rigoule la voie-des-yeaux,
Moi et pis mon Jacques-alerte,
J’soumes la d’dans coume en baquiau
Je n' faisons pas trop d'élouque
De peu de nous dégauchi,
Et quand j’ faisons flic et flouc,
J’ nous trouvons sus l’dégorgi.

Quand j’ couche avec ma quertienne,
D’ me l’ver, je n'suis pas si quiot
A la cloche de Saint-Equenne
J’faisons ben itout l'sourgiot,
Maît’ Pougy, avec sa cloche
Soûnne à s’en casser les bras
Moi itout, j’fais mes bamboches
Dans mon lit entre deux draps.

Quand j’avons fait la pêlée,
L’ matin pou pas tant pîmer,
Pou coumencer la journée,
J' nous font fai à déjuner
C’ n’est pas d’soupe écounomique
Que s'régalont les saciots,
Y n’ faut pas blaguer nout' clique
D’acause que j’ons des sabiots.

Quand j’nous en r’venons des vignes
Ben crottés et ben mouillés,
Je rentrons dans nous cassines
Va l’feu pou nous fai chécher,
On nous épourte d' la viande
Pou mâcher avec nout’ pain,
Et cheux Quenette, j’allons descendre
Pou channer un bon coup de vin.

En entrant cheux nout’ Quenette
J’aperçois un aut’ lancier,
Pas moins que j’dis à la brunette
Faudrais pas nous fai’ aller,
Mais la s.... nom d’ gueu d’g...
Alle me répond aussitôt
Pas moins faudrait changer d’place,
Car j’avons un aut’ saciot.

Gabriel Brottier

Retour

Au secours ! Je suis persu !