Lettre d'un soldat à sa famille

I

Y va t'écri mon cer père,
lot poo te troinquilliser,
Auchu bon que ma cér mère
Et qu' mon poore vieux frér' Jousé ;
I airo ben dû mon cer père
T''éecrie dapeu toos las temps ;
Ma tu n'chais ben qu' dans la guerre,
0 n'ai pas toozors le temps.

II

Dapeu qu'in' sont dans la guerre,
Toos les zoors in' mènœuvrons,
È sont las in' dreumons guère,
Toot' las neu's è nos r'levons.
Faut ch'teni drait comme ain ciarge,
Quand on o de d'chu les rangs.
Y ai l'ventr' piat coume aine penage (une punaise),
Y sens soc coume ain n'héreng.

III

Tu n'chais pas c'quiot qu'lartillerie,
Iot das ç'vaux et das canons.
Tu n'chais pas c'quiot qu'aine batterie,
Iot das effûts peu das caissons.
Tu n'chais pas c'quiot qu'lè mitraille,
Iot du far en p'tiots mouciaux.
Si tu n'v'yos l'zoor d'lè bataille,
C'ment toot ç'lai no pieut d'chus l'dos.

IV

D'peu qu'in' sont dans la Teurquie,
Toos las zoors i noos battons,
Iot l'cousin Luis què s'ennuie,
Qu'al ot ben loin d'sas moutons.
Dans c'te bondieu d'artillerie,
Qu'à n'y ai point d'chu rud' métier ;
In' cassons la gueul' das ennemis,
In' zeurons pis qu'das enraizés.

V

Dans c'te pays lai cer père,
A iè ran d'chu atounant ;
Les majons sont faité en piarre,
A sont couvries en far bianc.
I n'y v'yons pus leur' lè leune,
Ni l'soulot dans l'moinme endrait.
Adieu donc las vieux las zcuues,
Zémas d'lè vie in' vous r'voit.

Anonyme – Quarré-les-Tombes

Lettre d'un soldat à sa famille

Retour

Au secours ! Je suis persu !