Au secours ! Je suis perdu !
Conseils

Riez, ô mes enfants ! sous le tiède zéphyr
                     Vos lèvres se sont écloses
                     Ainsi que des feuilles roses
                     Qui viennent de s'ouvrir.

Jetez toujours à l'air vos éclatantes voix.
                     Pleines de fraîches paroles ;
                     Comme de pures corolles
                     Parfumez-en nos toits.

Comme l'oiseau qui chante en s'ébattant dans l'air,
                     Vivez sans mesurer l'espace ;
                     Suivez la brise qui passe,
                     Aimez le ruisseau clair.

Quand vos petites mains ont saisi leur espoir
                     C'est-à-dire une fleur blanche,
                     Sur le coteau qui se penche,
                     Reposez-vous le soir.

Endormez-vous toujours dans un calme serein ;
                     Car Dieu, qui tout élabore
                     Vous prépare et vous colore
                     De beaux fruits pour demain.

L'illusion pour vous n'a point d'éclats trompeurs ;
                     C'est pour vous que l'herbe pousse ;
                     Les ombrages et la mousse
                     Les épis et les fleurs.

Riez, ô mes enfants ! sous le tiède zéphyr
                     Vos lèvres se sont écloses
                     Ainsi que des feuilles roses
                     Qui viennent de s'ouvrir.

N'allez pas, sur les flots des révolutions,
                     Dont nous ignorons la source,
                     Alors qu'ils lancent leur course
                     Sur nos afflictions.

Hélas ! vous y verriez de sinistres profils…
                     Evitez bien leur tourmente,
                     Et dans leur onde sanglante
                     Ne mirez pas vos cils.

Vos cils tout parfumés du baiser maternel ;
                     Vos cils, doux réseau de soie
                     Où vient se prendre la joie
                     Dans son éclat réel.

Vos cils, où se répand l'angélique douceur
                     Qui s'échappe de votre âme,
                     Vos cils, beaux dons de la femme
                     Doux rayons de son cœur.

Quand la terreur viendra hurler à nos foyers
                     Avec un bruyant tumulte ;
                     Quand l'homme niera son culte,
                     Courbez-vous et priez.

Car le Seigneur vous aime ; il vous écoute, vous,
                     Qui sur nos pâles rivages
                     En contemplant nos orages
                     Souriez à leurs coups.

Vous que l'éclair égaie à ses sombres lueurs,
                     Vous, qui ramassez par gerbe,
                     Tout ce qui pousse dans l'herbe,
                     De tulipes en fleurs.

Lorsque vous entendrez passer sur vos ébats,
                     En courant après l'insecte,
                     Les cris d'orgueil d'une secte,
                     Ne vous arrêtez pas.

Ah ! mes joyeux enfants, la gloire, ce vain bruit
                     Qui fait que l'âme est rêveuse
                     Ne vaut pas l'aile soyeuse
                     Du papillon qui fuit.

"Conseils", poème de Savinien Lapointe, tiré de "Une voix d'en bas", édité en 1844
Document "Cheny mon village" http://www.cheny.net - juillet 2004

Retour