Lettre du 22 Janvier 1890 de Théo à Vincent Van Gogh

Paris le 22 Janvier 1890.

Mon cher Vincent,

Je suis bien aise de savoir que tu te portes mieux et que le voyage à Arles s’est effectué sans mauvaises suites. J’ai différentes choses à t’apprendre qui te feront probablement plaisir. D’abord Lauzet est revenu pour voir tes nouvelles toiles et son exclamation, après avoir vu quelques toiles était “Comme c’est bien la Provence”. Lui qui est de là-bas connaît le pays et déteste les choses sucrées qu’en rapportent les Montenard et autres. Du reste tu vas pouvoir causer avec lui-même car samedi dernier il est parti à Marseille pour une quinzaine de jours et à son retour il fera son possible de passer chez toi. Si tu le verras, tu lui diras s'il te plaît que j’ai encore une souscription à son ouvrage de Monticelli, épreuve d’Artiste, cela lui fera plaisir. L’autre soir il était encore chez nous et alors nous avons regardé ensemble l’ouvrage des eaux fortes par Albrecht Dürer d’Amand-Durand. Tu verras comme c’est un garçon intéressant et comme il est versé dans la littérature moderne. Il parait que l’exposition des 20 à Bruxelles est ouverte ; dans un journal je lisais que les toiles qui excitent le plus la curiosité sont, les études de plein air de Sézanne, les paysage de Sysley, les symphonies de van Gogh et les œuvres de Renoir. Il se prépare ici pour le mois de Mars une nouvelle exposition des impressionnistes, dans le pavillon de la Ville de Paris. Tout le monde pourra y envoyer autant de toiles que l’on veut. Guillaumin va y exposer aussi. Penses y si tu veux exposer aussi et lesquelles toiles. L’exposition des 20 sera finie à cette époque. Je crois que si nous pouvons attendre avec patience jusqu’à ce que le succès vient, tu le verras sûrement. Il faut se faire connaître sans vouloir s’imposer : cela viendra tout seul par tes beaux travaux. Pour ce que tu écrives sur l’avenir. Vois un peu s’il n’y aura pas de combinaison à trouver avec Lauzet. Tu chercheras par exemple un atelier pour vous deux et tu viendras dîner et coucher chez nous. Pour les meubles j’ai peur que le transport coûtera au moins ce qu’ils valent et je me demande s’il ne vaudrait pas mieux les vendre à Arles. Je m’informe quels sont les établissements en Hollande qui pourraient convenir, mais on m’a déjà dit qu’ils sont tellement pleins qu’il est difficile d’y être admis. Il y a Gheel en Belgique mais je ne sais pas au juste comment il faut faire pour s’y faire admettre. En tous les cas j’espère que tu viendras chez nous un peu pour revoir les amis et pour voir notre petit. Jo va heureusement très bien, cela marche vers la fin maintenant car nous espérons qu’elle sera délivrée dans le commencement de Février. Wil va beaucoup mieux et elle a excellente mine. Je voudrais bien qu’elle trouvât à se marier mais avec qui. Isaacson est parti et puisqu’il a une femme avec un enfant à Amsterdam je ne pense pas que lui il serait l’homme. Il devait partir pour le Transvaal mais est toujours à Amsterdam. Ensuite ce que je trouve un bien mauvais côté chez lui, il ne fout rien. A l’entendre parler on dirait qu’il travaille beaucoup, mais s’il montre quelque chose c’est bien niais. Pour la peinture il a bien peu de talent et je crois bien qu’il n’ait pas assez de volonté pour se mettre sérieusement au travail. Sais tu que quand j’ai revu tes oliviers, je les ai trouvé de plus en plus beau, surtout celui avec le coucher de soleil est superbe. Comme tu as travaillé depuis l’année dernière, c’est prodigieux. Je suis curieux de voir les autres Millet. Il vient de paraître à Londres une collection de fac similes de dessins originaux de Rembrandt. C’est superbe, Saymour Haden est chargé de surveiller le tirage. Malheureusement ils les vendent bien cher, 600 francs la collection de 400 planches.
Dimanche dernier Ds Salles est venu nous voir mais malheureusement nous étions sorti.
J’avais bien voulu le voir chez moi. Je te dis à bientôt, portes toi bien et bon courage.

Théo

Lettre conservée au Van Gogh Museum – Amsterdam (Pays-Bas)

Voir la lettre en intégralité

Fragment de lettre de Théo à Vincent Van Gogh - 1890
Fragment de lettre de Théo à Vincent Van Gogh - 1890 (Van Gogh Museum – Amsterdam)

Haut de page

Retour

Au secours je suis perdu !