Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne
(Comment découvrir tardivement un artiste icaunais... et lui attribuer un mauvais prénom)

          M. le Président donne connaissance d’un article de M. Vaudoyer, paru le 3 janvier 1924 dans l’Echo de Paris sous ce titre : "L’ébéniste Georges Jacob".
          Après avoir rappelé que Georges Jacob est l’auteur de quelques uns des plus délicieux et charmants meubles Louis XVI, Directoire et Empire qui aient été exécutés en France, M. Vaudoyer dit que, grâce aux découvertes de M. Lefuel, l’origine bourguignonne et non allemande des Jacob ne fait pas de doute. Le berceau serait Cheny, M. Porée pense qu’il serait intéressant de vérifier l’exactitude de cette assertion, et notre collègue, M. Garnier, se chargera de faire à ce sujet des recherches dans les archives de Cheny.
          M. Devouges ajoute que le Musée d’Eckmuhl possède trois beaux meubles de Jacob: une console très remarquable ; une table identique à celle qui existait à Trianon, dans la chambre de travail de Napoléon ; enfin, un encrier de bureau ayant appartenu au maréchal Davout.
          M. Amand signale également l’existence, à Auxerre, d’autres œuvres de Jacob.
Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne
Séance du 3 février 1924

M. Garnier avait bien voulu se charger de vérifier si, comme l'assurait M. Vaudoyer, le fameux ébéniste d'art Charles Jacob était bien originaire de Cheny. Des recherches opérées par notre collègue, il xésulte que cette assertion est parfaitement exacte. Le nom de Charles Jacob est donc à ajouter à notre illustration icaunaise.
Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne
Séance du 2 mars 1924

Retour

Au secours je suis perdu !