Le nouvel évêque d'Autun

Que Dieu soit béni ! C'est le cri de reconnaissance qui est monté spontanément de notre cœur à nos lèvres, lorsqu'il nous fut donné de connaître celui qui allait devenir notre évêque et le père de nos âmes.

Né à Paris, le 12 mars 1896, Mgr Lucien Lebrun passa son enfance à Laroche-Saint-Cydroine, dans le département de l'Yonne, et, en 1919, après des études secondaires aussi complètes que solides malgré leur rapidité, entra au Grand Séminaire de Sens dirigé alors par M. le chanoine Paget, qui devint ensuite évêque de Valence et mourut en 1932 ; mais trois ans après, en 1922, il partait pour Rome, afin de parachever et de couronner ses études théologiques au Séminaire français ; il le quittait, en 1925, avec les grades de docteur en philosophie scolastique et en théologie. Après une année de séjour à Rome, il avait été ordonné prêtre à Sens, par Mgr Chesnelong, le 29 juin 1923.

De retour en France, il fut successivement professeur de droit canon et enfin de morale au Grand Séminaire de Sens ; mais, en même temps qu'il préparait des âmes de prêtres, la confiance des archevêques du diocèse donnait a son activité un autre champ d'action plus vaste et plus nouveau. Dès son retour de Rome, en effet, Mgr Chesnelong, qui l'avait vu, jeune homme, s'intéresser avec zèle et intelligence aux oeuvres de jeunesse, le nommait Directeur de l'Association catholique de la jeunesse française, et, peu de temps après, directeur des oeuvres d'hommes. Sous l'épiscopat de Mgr Feltin, devenu depuis archevêque de Bordeaux, il fut chargé d'organiser les mouvements spécialisés, la J. O C., la J. A. C., la J. E. C., et c'est pour reconnaître le beau travail accompli, l'impulsion vigoureuse qu'il sut imprimer à ces divers groupements, qu'en 1934 il était nommé chanoine honoraire de la cathédrale de Sens. Il continua ce fructueux labeur sous l'épiscopat de Mgr Lamy, en développant encore ces mêmes oeuvres de jeunesse, et spécialement celle de la Jeunesse agricole catholique, la J. A. C.

La guerre devait interrompre ce magnifique et fécond apostolat ; en septembre 1939, il était mobilisé et partait comme aumônier de la 16e division, à Wissembourg, mais peu après il était nommé aumônier principal de la 6ème armée. C'est dans ces fonctions qu'il mérita l'élogieuse citation suivante :

Le général commandant la 6ème armée cite à l'ordre de l'armée l'abbé Lebrun, aumônier militaire de la 6 ème armée "Aumônier de l'armée, s'est dépensé sans compter, exerçant son ministère jusqu'aux premières lignes, sous les bombardements, avec un courage et un dévouement sans défaillance".

Se dépenser sans compter, n'est-ce pas la traduction presque littérale de la parole du saint Paul lmpendam et super impendar ipse ?

Ce fut bien la note caractéristique de l'apostolat de Mgr Lebrun, comme professeur et comme directeur d'œuvres, et c'est ce même zèle surnaturel qu'il prodiguera, sans compter, au service des âmes qui désormais lui sont confiées. C'est dans cet oubli de soi-même, ce dévouement inlassable, mais aussi dans une simplicité pleine de charmes, une honte spontanée, en même temps dans une haute et claire intelligence, qu'il faut chercher le secret de la fécondité merveilleuse de son apostolat, de l'estime et de l'affection que lui a vouée tout le clergé du diocèse de Sens, des regrets unanimes que cause son départ.

Avec quelle joie, avec quel affectueux respect filial, nous allons accueillir l'Elu du Seigneur, celui qui déjà a conquis, rien que par le rayonnement de sa paternelle bienveillance, ceux de nos prêtres qui furent, aux armées, en contact avec lui, celui dont le sacerdoce fut, tout entier, consacré à la formation cléricale des futurs prêtres, et à l'apostolat de la jeunesse dans les oeuvres !

C'est dire assez que Mgr Lebrun sera un homme de doctrine, un vrai Pasteur enseignant les Ames et les préservant de l'erreur. L'homme est avide de savoir et les esprits, même les plus éclairés, se défendent difficilement contre les fausses doctrines, surtout si elles sont présentées avec certaines apparences de la vérité. C'est pourquoi, dit saint Paul, "Dieu nous a donné des apôtres, des pasteurs, des docteurs, pour que nous ne soyons pas comme des enfants, flottants et livrés à tout vent de doctrine par la malice et l'habileté des hommes qui sèment l'erreur autour de nous". Mgr Lebrun continuera cette œuvre des apôtres, et tes fidèles seront nourris par lui de science et de doctrine, de la science de Dieu, de la doctrine de vérité.

Il sera aussi ce qu'il était dans le diocèse de Sens un homme d'oeuvres. L'expérience qu'il a acquise en les dirigeant, le travail d'organisation qu'il a si heureusement accompli ailleurs nous sont un garant que les œuvres et les différents groupements, créés depuis longtemps déjà dans notre diocèse, seront bénis et encouragés par lui, et recevront, sous son influence et par ses directives, une impulsion nouvelle.

La Croix – 10 octobre 1940

Retour