La marquise de Sade

A propos du château de Vallery et de la marquise de Sade, Maurice Pignard-Péguet écrivait en 1913 dans son Histoire de l'Yonne :

Le maréchal de Saint-André et les Condé. - On ne sait pas grand'chose du domaine de Vallery avant le XVIème siècle lorsqu'il devint la propriété du maréchal de Saint-André, qui l'acquit par donation du roi (1555). Marguerite de Lustrac, sa veuve, le donna (1565) par amour au prince de Condé qu'elle comptait pouvoir épouser . Le petit-fils du prince, Henri II de Condé, restaura le château et rebâtit l'église (1624). La terre de Vallery est restée la propriété des Condé jusqu'en 1747. A la suite d'un partage entre les neuf enfants de Louis III, sixième prince de Condé, Vallery échut à Elisabeth-Alexandrine de Bourbon, connue sous le nom, de "Mademoiselle de Sens". Elle fut prodigue et démolit une aile du château pour en monnayer les matériaux. Enfin, elle vendit le domaine, 285.000 livres à Jacques-René Cordier de Launay, ancien trésorier général de l'extraordinaire des guerres. Il laissa un fils, Cordier de Montreuil, qui était président à mortier au Parlement de Paris. A sa mort, en 1793, l'héritage fut partagé entre ses cinq enfants dont l'une de ses filles épousa le trop fameux marquis de Sade. Le château était échu à Claude-Michel Cordier, dit le chevalier de Vallery, mort en 1836 maréchal de camp. Sous prétexte de restauration, il abîma le château. Il détruisit une longue galerie très élégante, où s'était tenue, en 1567, les grandes conférences entre le prince Louis Ier de Condé, Coligny, d'Andelot, Théodore de Bèze et les autres chefs du parti protestant. Le dernier propriétaire de Vallery a rendu à cet antique domaine quelque illustration. Ce fut le lieutenant général de la Ferrière, décédé à Vallery en 1834.

La marquise de Sade, née Renée de Montreuil. - Mlle Cordier de Montreuil, qui était douée de toutes les vertus, épousa le monstrueux marquis de Sade en 1763 et habita quelque temps avec lui le château de Vallery. Elle lui donna trois enfants. A cause d'eux sans doute, elle crut et affirma toujours son mari innocent, lequel, après l'affaire des pastilles, fut condamné à mort et prit la fuite. Elle le sauva après son arrestation, etc. Il n'eut que des réponses monstrueusement grossières à faire aux lettres affectueuses de sa femme. Au cours de ses visites au donjon de Vincennes où il était prisonnier, il la frappa, etc. Une fois libre, il fit prononcer la séparation de corps et de biens. La marquise alors cessa véritablement d'exister, ses fils émigrèrent. Elle s'était retirée au monastère des Carmélites de Paris dès 1772.
Le texte ci-dessus permet de rectifier une erreur commise par les rédacteurs du texte que nous vous proposons dans les pages qui suivent

La marquise de Sade,
texte édité dans l'Annuaire historique du département de l'Yonne de 1902

Nous vous proposons :
- lecture du texte maintenant
- lecture du texte format PDF
- téléchargement du texte au format PDF

Téléchargez gratuitement ACROBAT READER 6

Retour