Délits et crimes relatifs au mariage et aux moeurs : Fornication, concubinage, viol

                Le concubinage, combattu, fut l'objet en 1483 d’une ordonnance de l’archevêque de Sens.
                En 1739, on trouve un procès-verbal d’excommunication contre des concubinaires.
                Il est vrai qu’on fut quelquefois plus clément. Ainsi, en 1520, le juge seigneurial de Chastellux condamnait simplement un individu à épouser la fille du plaignant « qu’il tenait avec lui dans sa maison, ou qu'il la mette hors d’avec lui et soi désiste de ses biens à peine de dix livres d’amende. »
                Un simple écart coûta, en 1490, à Jean Nel qui avait forniqué avec une servante, vingt sous d’amende, et un prisonnier accusé d'avoir été dans un lupanar, fut, en 1536, condamné à l’amende et à jeûner deux vendredis.
                L’amende et les peines spirituelles furent donc employées dans ces cas. Pour un clerc, la pénalité était plus forte et dans un fait de ce genre, en 1534, le chapitre cathédral de Sens infligea au coupable six mois de prison.
                On a noté que les faits de viol étaient rares au moyen âge, cependant, on en trouve un en 1463. Un clerc de Larchant fut condamné à une amende de huit livres seize sous parisis, comme complice d’une bande de malfaiteurs qui avaient violé la servante du prieur et sa fille.

Retour

Au secours ! J'suis perdu !