Délits et crimes religieux : Blasphèmes

                Les blasphèmes ont entraîné plusieurs condamnations.
                Au XVe siècle, on en trouve une seule qui se solda, par composition, par une amende de vingt sous.
                Au XVIe siècle, six aboutissent à des amendes qui vont de deux à dix sous.
                Cinq ont été prononcées par des juridictions seigneuriales, et la seule qui provienne d'une juridiction ecclésiastique atteint le chiffre de six sous et huit deniers. Un blasphémateur qui n’eut que deux sous à payer n’avait pas blasphémé le nom de Dieu, mais avait juré par la tête de saint Jean, celqui explique probablement le taux peu élevé de l’amende.
                Quatre autres affaires sont plus complexes. Dans une d’elles, le coupable avait juré le Sang-Dieu ! aussi en eut-il pour soixante-cinq sous. Plusieurs particuliers qui avaient à la fois insulté et blasphémé le nom de Dieu encoururent une amende de cinq livres. Enfin, sa jeunesse sauva de l'amende Clément Musnier poursuivi du fait d’avoir blasphémé et juré la vertudieu par plusieurs fois, mais il fut condamné à être châtié de verges.
                Au XVIIe siècle, mêmes errements. Dans trois affaires de cet ordre, la condamnation atteint soixante sous. Dans une quatrième, portée en 1689 par le bailli de Charentenais, figure une amende honorable, mais cette partie de la condamnation, un peu démodée, fut cassée par le Parlement.
                Au XVIIe siècle, cette classe de délits disparaît comme la précédente.

Retour

Au secours ! J'suis perdu !